dimanche 9 octobre 2016

90- Tous contre la technologie génétique

TOUS CONTRE LA TECHNOLOGIE GÉNÉTIQUE


« Les aliments génétiquement manipulés ont mauvaise réputation. Des activistes luttent contre ces projets dans le monde entier, bien qu’ils puissent servir pour lutter contre la pauvreté. Est-ce juste ?

Les scientifiques qui développent les aliments génétiquement modifiés ne sont pas considérés comme des héros. Même pas parce qu’ils aspirent à un monde meilleur. Par exemple, le biologiste allemand Ingo Potrycus, qui a du faire ses recherches dans une serre à l’épreuve des bombes pour développer un riz qui éradiquerait la déficience en vitamine A chez les enfants. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 124 millions d’enfants ne reçoivent pas des quantités suffisantes de cette vitamine et chaque année il en meurt entre 1 et 2 millions pour cette raison. Et c’est justement là qu’interviendrait son produit le Riz Doré.

Image: http://www.goldenrice.org/image/how_GR2.jpg

Un chemin long et difficile
En Occident, la vitamine A se consomme par les produits laitiers o le bêta-carotène. Le riz est dépourvu de ce pigment jaune, et pourtant il est présent dans les feuilles de la plante. Pour cette raison Ingo Potrycus a recherché la manière de produire un riz riche en bêta-carotène en modifiant la génétique de la plante et, en 1999, après des années de dur travail, naquirent enfin les grains de riz jaune riche en vitamine A. Ça paraissait la solution idéale y il fut décidé de distribuer les semences dans les pays en voie de développement. Pourtant, pour cause de disputes légales de patentes et protestations d’activistes, le riz doré n’est toujours pas entré sur le marché.
Greenpeace prétendit que le produit n’était pas fini et pourrait contaminer d’autres types de riz, affecter les champs voisins et que, peut-être, il n’était même pas apte à la consommation. Selon l’organisation écologiste, c’était un « Cheval de Troyes » pour ouvrir la porte et permettre l’entrée d’autres organismes génétiquement modifiés. Greenpeace disait que, au lieu de de cette action de promotion, on devrait lutter pour l’accès aux aliments et à l’agriculture biologique. Mais même son ex-directeur, Stephen Tindale, déclara qu’il avait changé d’opinion sur les plantes génétiquement modifiées. Pour lui, ce refus était moralement inacceptable, puisque l’idéologie prime sur la faim des plus pauvres : « je crois nécessaire de dire que les choses ont changé » dit-il.

L’espérance de la banane
En Ouganda, l’opinion sur les plantes génétiquement modifiées est très divisée. Dans ce pays de l’Est de l’Afrique, la banane est un aliment de base et une source d’hydrates de carbone. Mais une maladie bactérienne appelée BXW (Banana Xanthomonas Wilt) a infecté les champs de bananes, les rendant impropres à la consommation en Août 2001. Elle s’est étendue rapidement et, dans certaines régions, 100% de la récolte a été perdue, provocant des déficiences alimentaires à 14 millions d’ougandais.

Image: https://cabiplantwise.files.wordpress.com/2013/05/xanthomonas-fruit-symptoms.jpg

Les scientifiques ont voulu créer des bananes résistantes et immunes aux bactéries BXW en greffant des protéines de poivron vert, mais la loi et la peur des dangers de la technologie génétique ne l’autorisèrent pas. Le bureau Ougandais de l’ONG Action Aid se positionna contre ce nouveau type de banane car il pourrait provoquer des cancers et en avertit la population par des annonces sur les radios. Action Aid retira par la suite ses propres affirmations et nia même les avoir faites, mais même comme ça, le projet de recherche est toujours arrêté et les paysans espèrent qu’avant 2020, ont aura pu régler les problèmes légaux pour produire ce type de banane.

Papayes modifiées
Quand le virus Ringspot s’est attaqué à la région fruitière de Puna, à Hawaï, ce fut un cauchemar pour les paysans philippins de la région. Leur marché s’effondra et le virus s’étendit, obligeant beaucoup à abandonner leurs terres. Les experts commencèrent à chercher pour créer un nouveau type de papaye et la « vacciner » contre le virus. Cette Papaye Arc en ciel pourrait être le salut pour beaucoup de paysans incapables de subsister. Et d’autres scientifiques de Thaïlande, Venezuela et d’autres pays voulurent adapter la technologie à leurs marchés.

Image: http://67.media.tumblr.com/8924690e92ebe188075a56e28a2ac976/tumblr_nkjfebml7V1t15h2ho1_1280.jpg

Pourtant, au Venezuela, non seulement il y eut des protestations contre ça, mais aussi tous les projets furent détruits et la récolte expérimentale fut incinérée. « Le matériel génétique de la papaye est bloqué en attendant des temps meilleurs » déclara Guido Nuñez, de l’équipe de recherche. Nuñez veut maintenant réaliser un documentaire à travers une plateforme de Crowdfunding, pour raconter son expérience et les problèmes rencontrés : « Au Venezuela, non seulement fut interrompue l’expérimentation sur la papaye, mais aussi tous les laboratoires d’aliments génétiquement modifiés. »


Cet article provient d’une revue digitale allemande, dans son édition en espagnol.

Je l’ai trouvé intéressant dans la mesure où il apporte une information sur trois situations réelles qui prétendaient résoudre des problèmes très sérieux qui n’ont rien à voir avec des multinationales, mais avec l’accès à l’alimentation des populations locales, face à un danger de manque d’aliments.
Nous devons remettre en question la situation actuelle de blocage des modifications génétiques, au vu de la réalité de l’humanité, et des populations les plus pauvres.

Une idéologie, prétendument humaniste et écologiste,
Est-elle compatible avec la mort quotidienne de milliers d’enfants ?
Est-elle compatible avec la mise en danger de famine de populations entières ?
A-t-on le droit moral de laisser mourir tant de personnes innocentes uniquement pour défendre un dogme ?
Qui sont les bons ?, les écologistes qui défendent une idéologie ?, ou les scientifiques qui cherchent des solutions a la faim, à la mort et au changement climatique ?
Que cachent donc ceux qui prétendent s’élever contre les multinationales ?

Les lobbies écologistes sont, aujourd’hui, beaucoup plus dangereux, nuisibles et mortifères que l’industrie des semences.
Au nom de quoi ?

Pour aller plus loin, plusieurs articles de ce blog, dans lesquels vous pourrez trouver beaucoup d’informations et de références :

La révolte de la science

La conspiration du bluff

OGM, et pourquoi pas ?

1 commentaire:

  1. MERCI POUR CET ARTICLE ET VOS COMMENTAIRES AUXQUELS JE SOUSCRIS

    RépondreSupprimer